Accueil > Actualités > dans l’éducation >

lundi 17 avril 2017

Assistante sociale : nouvelle circulaire de missions, danger !

Pour rappel la concertation sur la circulaire avait démarré il y a trois ans jusqu’à ce que le ministère l’interrompe. Après deux ans de silence total, le MEN convoque les syndicats le 10 mars pour un nouveau et unique groupe de travail avant une parution officielle dans un temps record ce 22 mars. Et tout cela à quelques semaines des élections présidentielles.
La CGT Éduc’action découvre alors que certaines organisations avaient déjà reçu du MEN le projet de circulaire, depuis janvier 2017 ! CGT Éduc’action et FO ont été exclues unilatéralement de la concertation avec comme seule justification : "C’est le jeu. Peut-être n’avions-nous pas envie de travailler avec des syndicats qui font du chantage aux postes".
Quel mépris pour ses AS et pour les syndicats qui demandent des postes depuis des années, sans tenir compte de leur représentativité.

La circulaire acte le redéploiement progressif des AS du second degré vers le premier degré des REP+ et stipule que « la couverture exhaustive n’est plus recherchée ».

En effet, les priorités fixées par le MEN sont :

- les collèges des réseaux d’éducation prioritaire et les écoles en REP+,
- les collèges du secteur rural accueillant des élèves issu-es de milieux sociaux défavorisés,
- les collèges avec SEGPA, ULIS, dispositif relais ou classe d’accueil pour élèves allophones,
- les lycées professionnels,
- les établissements avec internat.

Et tout cela sans les postes nécessaires !

Les AS doivent donc se préparer à quitter collèges et lycées non estampillés "défavorisés" pour intervenir en maternelles et primaires des REP+. Les modalités d’action des As seront soit, de « l’accompagnement social individualisé » et/ou « du conseil technique », et/ou du « conseil social » et/ou « intervention sociale » !!!!! Vendue comme protectrice par le MEN, cette circulaire ouvre tous les champs du possible.

Pour l’ensemble du 1er degré et pour les établissements du second degré découverts, les CTSS de district/bassin, pourront devenir « les référentes protection de l’enfance ».

En ne donnant pas les moyens nécessaires à son service social, le MEN fait le choix d’aggraver les inégalités territoriales et de détériorer l’accès au service public pour des milliers d’élèves.
Nos élèves et leurs familles en seront les premières victimes et les conditions de travail des AS vont continuer de se détériorer.
Inacceptable pour la CGT Éduc’action !

La CGT Educ’action revendique des créations de postes :
- pour répondre aux réelles difficultés de l’académie,
- pour répondre aux besoins des élèves et des familles,
- pour un véritable service social à destination de toutes et tous.