Accueil > Vie syndicale > Educ’Infos >

dimanche 21 septembre 2014

La rentrée, et la valls des ministres !

PDF - 1.3 Mo

La rentrée semble découvrir un nouveau marronnier ; après les cartables, et les embouteillages des retours de vacances, voici la Valls des ministres. Malgré l’absence de résultats, malgré le creusement du chômage, la menace de récession, le gouvernement s’obstine à ne rien changer à la politique menée.
Le programme de l’été a été copieux (Conférence sociale, budget rectificatif de la sécurité sociale, réforme territoriale, intermittents du spectacle, réforme ferroviaire…) mais ce n’est pas fini … A cela s’ajoute les salaires gelés depuis 2010 qui pourrait demeurer ainsi jusqu’en 2017 ; les restrictions budgétaires dans la fonction publique ; les baisses d’effectifs et la précarité qui pèsent directement sur les conditions de travail, les réorganisations administratives délétère.
Voici que notre nouveau ministre de l’économie, M Macron, assume haut et fort la ligne droitère et estime devoir remettre en cause les 35 heures. Très clairement, pour tout un courant du gouvernement, on peut s’estimer bien heureux d’avoir du travail et on doit donc accepter tous les sacrifices pour que les entreprises gonflent leurs profits.

Ce ne sont surement pas les premières déclarations de cette nouvelle équipe gouvernementale, qui nous laissent penser que les salariés vont être entendus sans un rapport de force permettant d’imposer d’autres réponses.
En ce sens, et comme pour l’ensemble de la CGT, il nous faut organiser et tenir partout les assemblées générales de rentrée, avec une implication toute particulière de tou-te-s les militants pour aider à construire une vie syndicale collective.
Dans le département, les seuils d’ouverture en école, y compris en zep, ne sont plus respectés. L’ouverture de cinq nouveaux collèges et d’un lycée, l’ouverture de seulement 60 classes en primaire alors qu’il en faudrait 95, et la mise en place de 6 collèges REP+ se font à moyen constant : en clair, dans les autres établissements du département, les seuils seront remis en cause. Les postes d’AS, d’infirmières, d’AED, d’AVS subissent déjà un important redéploiement.

Nous vous demandons de réunir les collègues en AG de rentrée et de nous faire remonter les revendications et les mandats de vos écoles et de vos établissements. Nous les porterons à l’intersyndicale, tout comme la nécessité de porter haut les besoins du département.

Au-delà, mettons en débat, avec tous les personnels la participation et la réussite de : 

 - l’initiative nationale coordonnée sur les questions de santé et de sécurité sociale, mi- octobre, en amont de l’examen du PLFSS par l’assemblée nationale. 

-  la journée nationale d’action interprofessionnelle sur les thématiques salaires, industrie et service public. 

 - l’engagement de toutes et tous dans la campagne pour les élections professionnelles dans la fonction publique